Aller au contenu principal

Plan B, de Marco Berger

pb

Film argentin de Marco Berger qui tente de saisir le désir naissant entre deux amis hétérosexuels, Plan B bénéficie d’une affiche promotionnelle particulièrement signifiante.

Le rythme binaire domine : un titre en 2 parties : « plan / B » ; un sous-titre lui-même en 2×2 parties : « Buenos/Aires // été/2009 » ; 2 hommes ; 2×2 bras croisés ; et surtout une image divisée, dans le sens de la largeur, en 2 parties bien distinctes séparées par une ligne noire.

En haut, le bleu délavé du mur de la cuisine accueille les têtes des deux hommes dont les regards se perdent dans le vide pour ne pas se croiser. Zone de l’esprit, du trouble, des émotions, c’est également celle dans laquelle se détache le titre « Plan B » dont le P est situé exactement au-dessus de la tête du personnage en jaune prénommé Bruno quand le B se situe exactement au-dessus de la tête du personnage en vert prénommé Pablo.

P(lan)       B

B(runo)    P(ablo)

Figure de croisement, le chiasme exprime parfaitement le trouble existant entre les deux personnages : si les regards ne se croisent pas, il s’agit plus de gêne et d’hésitation que de refus de l’autre. Bruno et Pablo, désunis visuellement, sont unis par la disposition des têtes sous le titre, qui apparaît lui-même comme un jeu sur les lettres : Plan B comme Bruno ? comme bise ? baise ? Plan B comme résonance de l’expression « Plan Q » ? Il est vrai qu’écrit à la peinture blanche, le titre commence à s’effacer, pour devenir, qui sait, plan A…

En bas, le mur carrelé de la cuisine accueille les corps des deux hommes aux bras croisés qui affirment leur hétérosexualité contemporaine par deux attributs : leur tee-shirt de sport – foot, jaune pour Bruno ; rugby, vert pour Pablo – et leurs cheveux négligés, longs et attachés pour Bruno, mi-longs pour Pablo. Le bas est la zone du matériel : posée sur la gazinière, une marmite sur un feu (encore) éteint ; accrochés au mur des ustensiles de cuisine ; en appui sur les meubles, les deux corps qui visuellement se refusent. Les bras sont croisés, et la distance entre les deux personnages est sans ambiguïté. Et pourtant, le carrelage forme comme les grilles d’une cage dans laquelle les corps sont emprisonnés. Ils se refusent encore parce que les esprits sont empêtrés dans les carcans d’une morale sociale qui veut qu’un homme ne tombe pas amoureux d’un autre homme, surtout si ces deux hommes se définissent et sont définis par leur entourage comme hétérosexuels.

Il y a heureusement médiation entre les deux espaces de l’image grâce à deux éléments qui jouent ainsi la fonction d’intermédiaire : la fenêtre, trou noir fermé sur la nuit, le trouble, le désir refoulé ; la pomme que s’apprête à croquer Pablo.

De la pomme au fruit défendu, l’affiche reproduit les codes de l’imagerie religieuse du paradis perdu, le lieu de la tentation et du pêché originel. Adam et Ève se sont métamorphosés en deux hommes dans une cuisine attendant que l’un des deux fasse le premier pas. Normal, dans ce contexte, que les sexes soient exclus de l’image coupée au niveau du bas des tee-shirts. Il est bien moins question de sexualité que de naissance du désir, un désir problématique en ce qu’il s’oppose à la norme sociale hétérocentrée qui ne voit pas d’un bon œil que l’homme prenne la place de la femme – dans la cuisine comme au paradis.

Il y avait bien pourtant un élément qui reliait les deux hommes dès le départ : cette ligne noire de séparation entre le haut et le bas de l’image, rien moins qu’une ligne de liaison entre les deux désirs qui ne s’expriment pas encore clairement. Et les deux personnages auront le temps d’un film pour découvrir que l’amour et le désir peuvent se situer au-dessus des genres sexuels.

Film écrit et réalisé par Marco Berger (2009, sorti en juillet 2010 sur les écrans français) avec Manuel Vignau (Bruno), Lucas Ferraro (Pablo), Mercedes Quinteros (Laura). Le site de la maison de production Oh My Gomez ! vaut également le détour. Distribué par Happiness.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :