Aller au contenu principal

Homme au bain, de Christophe Honoré

Image citation : l’affiche du dernier film de Christophe Honoré s’inspire du tableau de Gustave Caillebotte Homme à son bain.

L’œuvre du peintre présente un homme nu de dos qui s’essuie avec un tissu blanc. Le tissu n’a pas pour fonction de dissimuler : les fesses de l’homme au corps très blanc sont bien visibles presque au centre de l’image. Rien d’érotique pourtant, mais de l’intime : le regard du peintre capte l’homme dans une situation inhabituelle au XIXe siècle, où le bain était considéré comme une activité féminine. Le rideau, au fond de l’image, est pudiquement tiré pour marquer la frontière entre le dehors, hors-champ, et le dedans.

L’affiche d’Homme au bain de Christophe Honoré est, elle, divisée en deux parties d’égale proportion.

En bas, titre, acteurs, réalisateur, mentions techniques sur fond blanc. En haut, le dos d’un homme qui s’essuie les épaules avec une serviette rouge, visiblement dans une salle de bain au mur carrelé. Rien de contextuel ici : ni baignoire, ni chaise. Le corps seul, coupé au niveau de la taille. L’objet de tous les regards devient ainsi fantasme : le cul de l’homme nu est remplacé par le titre du film. Et l’affiche devient le trou de la serrure par laquelle on essaie d’en voir plus, qui nous invite à venir contempler le reste dans l’obscurité et la solitude d’une salle de cinéma.

L’absence de l’objet sexualise l’image et réussit son coup : François Sagat, dont on ne voit que le dos, est un acteur de films porno gay devenu en quelques années icône moderne de la virilité, du corps musclé et sexué, d’une certaine forme de séduction. Christophe Honoré s’en amuse : tout au long du film, le personnage joué par François Sagat ne peut pas sortir dans la rue sans attirer les regards et les désirs.

Est-ce alors pour accentuer cette sexualisation du corps de l’Homme au bain que la couleur bleue, froide, de la serviette dans le film est devenue rouge, chaude, sur l’affiche ? Il n’en fallait pas plus pour transformer cet obscur objet du désir en corps-matador.

Film de Christophe Honoré (2010), avec François Sagat, Chiara Mastroiani, Dustin Segura-Suarez, Rabah Zahi et l’écrivain Dennis Cooper. Distribué par Le Pacte.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :