Aller au contenu principal

Panique à Needle Park, de Jerry Schatzberg

Panique à Needle Park

Deuxième film de Jerry Schatzberg, Panique à Needle Park sort en 1971, en pleine période de renouveau du cinéma américain. La dépendance à la drogue comme sujet, un réalisme quasi documentaire pour la forme, une narration faite d’ellipses, de temps forts et de pauses : il fallait un titre et une affiche en adéquation avec l’œuvre.

Que voit-on ? Un couple assis sur un toit, photographié en plan serré, entouré de cheminées new yorkaises. La photo est en noir et blanc, centrée sur son sujet, cet homme et cette femme qui s’enlacent. Ils sont saisis sur le vif, l’homme regarde à gauche, la femme a les yeux perdus dans le vide. On dirait une photo volée, au format Polaroïd très en vogue au début des années 70. Jerry a débuté sa carrière comme photographe, ceci explique peut-être cela. Il se sent également proche de l’univers photographique d’André Kertész, ceci explique peut-être cette présence envahissante de cheminées, motif mystique qu’affectionnait particulièrement le photographe émigré aux États-Unis.

Le noir et blanc de la photo renforce l’impression de réalisme d’une scène inhabituelle. Le titre, en blanc, sans majuscule, intermédiaire entre le cadre et le sujet de la photo, donne un élément d’explication : sur le lieu, Needle Park, surnom d’un quartier de New York connu à l’époque pour son trafic de drogue ; sur l’émotion qui a saisi les personnages, la panique. Sur les raisons, en revanche : aucune indication (il faudra voir le film pour les comprendre). Sur les conséquences : cette attente sur un toit ?

La panique est exprimée de façon forte par l’accroche de l’affiche, en haut : « Pourvu que Bobby et Helen s’en sortent… Leur amour est né dans l’enfer de Needle Park ». Le spectateur est prié de se joindre au souhait de voir le couple s’en sortir. De quoi ? Là encore, mystère. Mais il s’agit d’amour, et d’enfer. D’Adam et Ève, entre l’enfer des rues de la Grosse Pomme (surnom ici bienvenu de New York), et le paradis vers quoi ils tendent en se lovant ainsi sur un toit ?

Le cadre se compose de deux couleurs, qui ont pour fonction première d’attirer l’attention du spectateur, de l’inciter à lire les indications et à s’interroger sur le film : le rouge en bas, le jaune en haut.

/rouge/=<le feu> et <le sang>, représentation de l’enfer en bas, et de la drogue qu’on s’injecte dans les veines.

/jaune/=<couleur de l’infamie> mais aussi <couleur du soleil>. Au choix : la trahison, comme nœud de l’intrigue, ou l’espoir d’un hypothétique paradis que le couple ne peut que fantasmer. Avec la cheminée comme lien entre le bas et le haut, la terre et le ciel – tout ce qui est hors-champ.

L’affiche joue ainsi clairement sur le suspense induit par le rapport entre le titre, la photo et l’accroche ; elle convoque le mythe d’Adam et Ève, source inépuisable d’histoires et d’images depuis la nuit des temps bibliques ; elle laisse enfin le spectateur libre d’imaginer ce qu’il ne voit pas dans l’image, ce qui devrait l’inciter à pousser les portes de la salle de cinéma – ou à acheter le DVD.

Reste une question : pourquoi avoir choisi un titre aussi connoté  ? Sans doute parce que la panique qui s’empare des protagonistes lorsqu’il y a pénurie de drogue dans le quartier de Needle Park est digne d’un film noir.

Film de Jerry Schatzberg (1971), avec Al Pacino et Kitty Winn, distribué en France par Action Cinémas.

2 Commentaires Poster un commentaire
  1. Tubajim #

    Tiens, je suis allé voir l’expo de Kertesz hier, et je n’avais pas fait le rapprochement… Merci!
    En tous cas, c’est un film que j’ai longtemps hésité à voir parce qu’il me faisait un peu peur. Je l’ai finalement vu il y a deux ans, et il est sublime

    J'aime

    1 février 2011
    • le koshu #

      Je suis d’accord : très beau film de Jerry Schatzberg sur la dépendance.

      J'aime

      1 février 2011

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :